Charte

Préambule : Pourquoi une charte ?
I/ Les Valeurs
II / Historique : 20 ans d’actions et de mises en réseau, représentations
III/ Contexte : Les Musiques Actuelles, définitions et champ spécifique
IV/ Les Adhérents : Définition et typologie, notions de filière, évolutions
V/ Les objectifs d’Avant-Mardi
VI/ Le projet associatif
I/ Le réseau Avant-Mardi en relais et appui aux adhérents
II/ Le réseau Avant-Mardi en relais et appui au secteur
VII/ Les engagements réciproques entre le réseau et ses adhérents
I/ Les engagements d’Avant-Mardi vis-à-vis de ses adhérents
II/ Les engagements des adhérents vis-à-vis d’Avant-Mardi
III/ Les engagements entre les adhérents : le respect et la solidarité
VIII/En cas de non-respect de la charte

Préambule : Pourquoi une charte ?


Ce document est un outil interne au réseau qui permet :

  • De définir les missions de l’association et l’engagement de ses adhérents, de clarifier ce qui motive l’existence et le développement du réseau.
  • De préciser les objectifs et valeurs partagés par l’ensemble des structures adhérentes au réseau.

Cette charte constitue le document de référence et sert de support à l’adhésion de nouveaux adhérents. Elle pose les responsabilités réciproques dans les relations entre la coordination permanente et les adhérents ainsi qu’entre les adhérents eux-mêmes (coopération, implication, solidarité).
Cette Charte est signée par chaque adhérent individuellement et l’engage dans ses rapports avec les autres adhérents et la coordination permanente.

I/Les Valeurs


L’association s’appuie et se réfère dans son engagement aux textes fondamentaux et universels de  :
– La déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle (2001)
«  La diversité culturelle, patrimoine commun de l’humanité  », « … la spécificité des biens et services culturels qui, parce qu’ils sont porteurs d’identité, de valeurs et de sens, ne doivent pas être considérés comme des marchandises ou des biens de consommation comme les autres.  ».

– La déclaration de Rio sur l’environnement et le développement (1992)
«  Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature.  » (principe 1), «  Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolément. (Principe 4)  ».

– L’Agenda 21 Local (ou Action 21), plan et programme d’action en faveur du développement soutenable pour le XXIe  siècle.
« La lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources, la cohésion sociale, la solidarité entre les générations et les territoires, l’épanouissement de l’ensemble des êtres humains, le dynamisme de développement suivant des modes de production et de consommation responsables, la bonne gouvernance ».

– La déclaration de Fribourg sur les droits culturels (2007)
«  Ces droits sont garantis sans discriminations fondées notamment sur la couleur, le sexe, l’âge, la langue, la religion, la conviction, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique, l’origine ou la condition sociale, la naissance ou toute autre situation à partir de laquelle la personne compose son identité culturelle  ».

– L’agenda 21 de la Culture (2007)
Un engagement des villes et gouvernements locaux en faveur du développement culturel  :

«  Le développement culturel repose sur la multiplicité des acteurs sociaux. La bonne gouvernance se fonde notamment sur la transparence de l’information et sur la participation citoyenne à l’élaboration des politiques culturelles, dans les processus de prises de décisions comme dans l’évaluation des programmes et des projets  ».

– Le manifeste de l’UFISC. Pour une autre économie de l’art et de la culture (2007)
Revendiquer le mode spécifique de fonctionnement qui mélange les ressources de l’économie de réciprocité (échanges non monétaires, comme dans le volontariat et le bénévolat), de l’économie marchande (ventes de biens et de services) et de l’économie redistributive (subventions publiques ou civiles).

II / Historique

20 ans d’actions et de mises en réseau, représentations.

L’association existe depuis 1989. L’association travaille depuis plus de 20 ans au développement, à la structuration et à la reconnaissance des Musiques Actuelles sur le territoire de la région Midi-Pyrénées. Elle se veut une interface privilégiée entre les artistes, les acteurs qui la composent et les organismes et institutions de Midi-Pyrénées.
De par son histoire, l’association regroupe plutôt les organisateurs de spectacles, les diffuseurs (salles SMAC, festivals et associations programmant sans lieu fixe); depuis se sont joints des collectifs, des producteurs et tourneurs (voir la liste des adhérents sur le site). L’association se positionne comme une structure à vocation professionnelle, à l’image de ses adhérents qui, s’ils ne l’étaient pas au départ (passion et motivation personnelle), le sont devenus.

Cette histoire a permis notamment de garder en son sein des acteurs pionniers garants de certaines valeurs (intérêt général, responsabilité et engagement) tout en intégrant les nouvelles générations.
Elle permet donc une représentation multi générationnelle des Musiques Actuelles en phase avec les évolutions sociétales.

III/ Contexte

Les Musiques Actuelles, définitions et champ spécifique.

Les Musiques Actuelles sont caractérisées par la multiplicité des acteurs qui les composent. Nous trouvons non seulement différentes échelles de structures mais aussi une hétérogénéité des statuts et types de structures les constituant.

Les Musiques Actuelles constituent un champ culturel et artistique spécifique, avec des aspects esthétiques et sociologiques qui trouvent leurs références et se construisent sur :

  • Des initiatives, des coexistences et des interactions entre le tissu associatif, les politiques publiques et l’entreprise privée,
  • Un rapport dynamique de ses acteurs à la vie et à l’évolution de la société, sur une large adhésion des populations, sur une recherche de proximité et de convivialité,
  • Une pluralité de politiques publiques sectorielles menées en faveur de ces musiques (action culturelle, ville et développement social, insertion, formation professionnelle, développement économique…), qui nécessite une mise en cohérence, notamment aux différents échelons territoriaux,
  • Des pratiques artistiques dont un fort pourcentage se réalise en amateur,
  • Des projets artistiques qui se bâtissent sur l’alternance de périodes de création, de répétition, de diffusion, de formation, d’information, d’enregistrement…

IV/ Les Adhérents

Définition et typologie, notions de filière, évolutions

Le secteur des Musiques Actuelles regroupe un panel nombreux d’acteurs directs et indirects d’une diversité rare. Il est multiple et complexe, traversé par des échelles très différentes (micro-entreprises, industries musicales), des articulations privé/public diverses, des parcours imbriqués (amateurs et professionnels), des statuts mélangés (salariés, bénévoles), des représentations opposées (alternatif et institutionnel), des aspects revendicatifs et militants, des esthétiques foisonnantes, des moyens de diffusion pluriels (spectacle vivant, numérique, Internet…)…

Sont considérés comme adhérents, les membres qui ont été agréés par le Conseil d’Administration, et qui répondent aux critères inscrits dans les statuts de l’association.
Si l’association est un réseau régional de structures (personnes morales), elle est avant tout un regroupement d’individus hommes et femmes représentant une entité morale.
Les adhérents sont soit des individus (membres coopérants), soit des structures (personne morale adhérente). Quels que soient leurs statuts juridiques (association, scoop…), ce sont les responsables des structures qui siègent, votent et participent à vie de l’association.

On entend par responsables de structures, les personnes qui occupent une fonction de dirigeant salarié justifiée par leurs contrats de travail. Dans le cas où il n’y aurait pas de poste de direction, ce sera une personne dûment mandatée par les instances statutaires de la structure ; dans le cas où il n’y aurait pas de salarié(e) permanent(e), ce sera soit le président qui représentera la structure, soit une personne du CA dûment mandatée par les instances statutaires.

On entend par filière musicale, toutes les entreprises qui œuvrent de la conception de la musique à sa diffusion jusqu’aux détaillants de produits culturels et de services liés au spectacle, des médias jusqu’aux fabricants d’instruments de musique ou de matériel.

On retrouve à la fois le spectacle vivant, la musique enregistrée, l’enseignement et la formation, la promotion articulée autour de trois familles de métiers : l’artistique, l’administratif et la technique.

V/ Les objectifs d’Avant-Mardi

  • Coordonner le développement des Musiques Actuelles sur le territoire de la région Midi-Pyrénées,
  • Fédérer les acteurs des Musiques Actuelles autour des valeurs exposées dans sa charte dans une dynamique d’intérêt collectif et dans une logique d’intérêt général
  • Mettre en lien les différentes entités de la filière musicale dans un esprit de coopération, de mutualisation et de solidarité
  • Représenter et promouvoir la filière auprès des partenaires professionnels et institutions publiques
  • Promouvoir le secteur et ses acteurs

VI/ Le projet associatif

Avant-Mardi est un réseau indépendant au service de ses adhérents et de la filière musicale, l’association développe des projets d’intérêt collectif en prenant en compte les dimensions économiques, sociales, artistiques des usages et pratiques des Musiques Actuelles. Elle agit sur la médiation, la ressource, la formation, la mutualisation, la coopération et la mise en réseau, en revendiquant le fait de pouvoir peser sur les politiques culturelles qui lui sont destinées, à travers la notion de co-construction des politiques publiques (les Musiques Actuelles ne sont pas un domaine déconnecté des phénomènes sociétaux).

Pour mettre en œuvre ces objectifs elle s’appuiera sur :

  • Une coordination permanente : direction et équipe permanente sous la responsabilité du Conseil d’Administration, chargés d’appliquer le programme d’action validé chaque année par l’Assemblée Générale statutaire de l’association.
  • Les structures adhérentes : relais local et extra local de la politique et de la communication collective menée sur le territoire, acteurs et soutien de la dynamique fédérative et garants de l’équité territoriale.
  • La démarche : L’initiative et l’innovation, recherche du caractère opérationnel des réflexions et constats, recherche de l’intérêt collectif.
  • Les champs d’intervention : Les quatre piliers du développement soutenable (Economique, Social, Environnemental, Culturel).

I/ Le réseau Avant-Mardi en relais et appui aux adhérents :

La réflexion :

  • Organisation de séminaires internes réguliers
  • Création et animation de groupes de travail thématiques
  • Coordination régionale des Pôles Structurants
  • Rédaction et publication de contributions

La Ressource :

  • Développement d’un site internet (Portail Régional)
  • Établissement de dossiers documentaires
  • Veilles informatives

La coopération :

  • La coopération transfrontalière
  • L’action culturelle en direction des universités
  • L’éducation artistique en direction des établissements scolaires

La mutualisation :

  • Le Développement durable
  • La GPEC et les Ressources humaines
  • Le Cluster Musiques actuelles
  • Le guide de poche (festivals)

II/ Le réseau Avant-Mardi en relais et appui au secteur :

La Ressource :

  • Gestion d’un centre info Rock (IRMA)
  • Conseils aux porteurs de projets
  • Organisation et participation à des concertations territoriales
  • Organisation de Rencontres, conférences-débats, séminaire

La prévention des risques auditifs :

  • Participation à la réflexion nationale (Agi-son)
  • Gestion de l’animation Peace & Lobe
  • Sensibilisation en direction du secteur

La formation artistique, administrative, technique :

  • Organisation et gestion de stages de formation artistique
  • Organisation et gestion de stages de formation technique
  • Organisation et gestion de stages de formation administrative

La filière :

Promotion de l’Économie Sociale et Solidaire
Promotion des différentes composantes (Café Culture, labels…)
Promotion de marchés Transfrontaliers Musiques Actuelles

Le repérage et l’accompagnement artistique :

  • L’Antenne Midi-Pyrénées du Printemps de Bourges
  • Projets d’Avenir
  • Évaluation artistique (DRAC, Région, Mairie de Toulouse…)
  • Dispositif de soutien aux artistes régionaux (Accompagnement Artistique.)

VII/ Les engagements réciproques entre le réseau et ses adhérents

I/ Les engagements d’Avant-Mardi vis-à-vis de ses adhérents

Une dynamique de mise en lien
La bonne gouvernance
La mutualisation

Une dynamique de mise en lien, Avant –Mardi s’engage à :

  • Entretenir des relations actives entre l’association et ses membres (échanges d’informations diverses : artistiques, sociales, juridiques…) et construire ainsi un réseau relationnel et d’information.
  • Accompagner la dynamique territoriale régionale, conjointement entre Avant-Mardi et les adhérents, grâce aux projets développés par les structures.
  • S’engager, grâce à son équipe, à développer le conseil et l’assistance technique en apportant les moyens propres au réseau au travail mené par les adhérents.
  • La mise en place de rencontres régulières entre les adhérents afin d’échanger sur les pratiques professionnelles et éviter l’isolement pour s’inscrire dans une dynamique de travail collectif.
  • Informer par tous les moyens à sa disposition les structures adhérentes de la vie du réseau.
  • Associer par tous les moyens à sa disposition les structures adhérentes à la vie du réseau.
  • Participer à la consolidation du maillage territorial par l’observation des pratiques et la centralisation des informations.

La bonne gouvernance, Avant–Mardi s’engage à :

  • Élaborer des outils de lecture pour permettre l’élaboration d’un état des lieux régulier des pratiques et des usages du secteur.
  • Mettre en débat son projet et ses réalisations par une démarche d’évaluation partagée et de bilans et comptes-rendus réguliers.
  • Ne pas exprimer des jugements de valeurs sur les esthétiques ou champs artistiques développés par les adhérents.
  • Ne pas hiérarchiser quantitativement ni qualitativement les projets développés par les adhérents.
  • Ne pas se substituer aux instances statutaires ou de gérance des structures adhérentes dans la conduite de leurs projets.
  • Demander l’avis de chaque adhérent lors de positionnement engagés suite à des évènements et situations majeurs pour le secteur et le réseau (soutien à un adhérent, conflit avec les pouvoirs publics, déclarations intempestives et déplacées d’instances publiques ou professionnelles…).

La mutualisation, Avant–Mardi s’engage à :

  • Mobiliser le réseau et ses membres ainsi que les médias et partenaires publics et privés pour soutenir un adhérent en difficulté notamment lorsqu’il est injustement mis en cause.
  • Participer à un rapprochement des structures adhérentes qui sont complémentaires dans leurs projets.
  • S’inscrire dans un esprit de mutualisation des connaissances et des compétences.
  • Initier des outils et supports partagés permettant des économies d’échelles et une meilleure visibilité des structures et du réseau.

II/ Les engagements des adhérents vis-à-vis d’Avant-Mardi

Les structures adhérentes s’engagent à respecter la charte.

La participation
L’implication
La transparence

La participation, les structures adhérentes s’engagent à adhérer au projet d’Avant-Mardi :

  • S’inscrire dans les projets validés par l’Assemblée Générale et mis en place par le conseil d’administration et la direction.
  • Participer à la définition, à la mise en place et à l’évaluation des actions.
  • Répondre aux sollicitations d’Avant-Mardi pour permettre l’évaluation du secteur.
  • En participant activement à la synergie départementale et régionale.

L’implication, les structures adhérentes s’engagent à s’impliquer dans le projet d’Avant-Mardi :

  • Chaque structure doit communiquer sur l’association Avant-Mardi, notamment par la présence de son logo et/ou de la mention « Adhérent à Avant-Mardi » sur leurs différents supports de communication.
  • En jouant un rôle actif dans la vie associative et les activités déclinées.
  • En s’inscrivant dans les projets validés par l’Assemblée Générale et mis en place par le Conseil d’Administration et la direction.
  • En menant un travail de repérage de nouveaux talents.

La transparence, les structures adhérentes s’engagent à être transparentes dans leurs relations avec Avant-Mardi :

  • Transmettre en toute transparence les informations qui leur sont demandées.
  • Donner les informations nécessaires à l’alimentation de la base de données.
  • Faciliter l’accès à l’information utile pour les musiciens et le public au sein de leur espace.
  • Respecter les obligations légales et sociales.
  • Respecter des conditions d’accueil décentes des professionnels et des publics (artistes, spectateurs, usagers…).

III/ Les engagements entre les adhérents : Le respect et la solidarité :

Le respect :

  • Ne pas tenir des propos irrespectueux ou mal intentionnés vis a vis d’autres adhérents, privilégier le dialogue et la concertation, accepter les différences et les identités de chacun.
  • Tenir compte de la confidentialité des échanges internes au réseau, ne pas diffuser à l’extérieur du réseau des propos ou récits impliquant des adhérents sans l’accord des parties.

La complémentarité :

  • Informer les adhérents des projets de diffusion en amont grâce à la mise en place d’un planning consultable par internet et extranet.
  • Tenir compte du principe d’antécédent et d’antériorité en cas de programmations cumulées en proximité.
  • S’inscrire dans un comportement vis-à-vis des autres adhérents excluant toute forme de conflit.

La coopération :

  • Favoriser une complémentarité dans la diffusion et ne pas se positionner dans un objectif concurrentiel.
  • Privilégier le dialogue et la concertation en cas de désaccord.
  • Soutenir les structures en difficultés ou en démarrage.

La solidarité :

  • Être attaché à une démarche solidaire avec les autres adhérents.
  • Impulser des collaborations avec d’autres adhérents.
  • Partager ses expériences et ses savoir-faire.
  • Favoriser la mise en synergie des compétences de chacun.

VIII/En cas de non-respect de la charte

Le directeur (voir règlement intérieur Article 3 Relation entre les adhérents : Respect et Solidarité) est en mesure d’interpeller le Conseil d’Administration lorsqu’il constate ou lorsqu’un adhérents lui communique une situation de non respect de la charte.

La coordination s’informera du contexte en prenant les avis des parties et selon la dimension du problème soit émettra un simple rappel à l’ordre au respect de la Charte (avec transmission de l’avis au CA), soit le soumettra au Conseil d’Administration qui émettra un avis soit à l’encontre d’un ou des membres, soit à l’ensemble des parties prenantes.

Le Conseil d’Administration a toute compétence pour exclure l’adhérent après avoir épuisé un recours amiable et une concertation.
L’adhérent concerné peut demander à rencontrer les membres du Conseil d’Administration afin de mettre en avant tout argument permettant, à ses yeux, de justifier son point de vue ou sa position.
Le Conseil d’Administration peut déléguer le Directeur accompagné de deux membres désignés par le Conseil d’Administration afin de mener cette concertation avec l’adhérent.
Ils en réfèrent au Conseil d’Administration, afin, éventuellement, de prendre la décision de l’exclusion après avoir épuisé toutes les possibilités de recours.