Témoignage : Vincent Halgrain – Rio Grande

2016-05-20 14.23.31Les formations longues proposées par Avant-Mardi permettent de découvrir le réseau professionnel du spectacle vivant. Au-delà des cours dispensés par les formateurs partenaires du réseau, des instants de rencontres privilégiés ont été imaginés. Et c’est grâce aux témoignages de professionnels, venus spécialement exprimer leur vision du métier aux stagiaires, que cela est rendu possible. Vincent Halgrain, administrateur de la salle Montalbanaise Le Rio Grande, est intervenu l’an dernier sur la formation Orientation aux métiers du spectacle vivant. Un instant d’échange aussi passionnant pour les stagiaires que pour lui, aujourd’hui décidé à renouveler l’expérience.

Depuis quand travaillez-vous au Rio Grande et quelles sont vos missions ?

J’ai commencé à travailler au Rio Grande au début de l’année 2011. Je suis administrateur, c’est-à-dire que je travaille sur tout ce qui concerne la gestion administrative et financière de la structure et donc de son projet, les subventions, les relations institutionnelles, les aspects juridiques, etc. Il y a également une partie sociale dans ce métier, à travers la gestion des ressources humaines. Je fais aussi de la communication. Cette polyvalence explique en partie le goût que j’ai pour mon métier au Rio Grande.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai tâtonné professionnellement, avec une certaine cohérence. J’ai suivi des études comptables et j’ai de l’expérience dans le secteur du conseil et gestion des entreprises. En parallèle et comme beaucoup d’entre nous, j’ai pratiqué la musique dans le milieu associatif. Je n’avais pas de plan de carrière. J’avais un goût prononcé pour la gestion, et je sentais que ça allait prendre une dimension humaine stimulante si je le mettais au service d’un secteur qui m’intéresse. La musique étant une de mes passions, la rencontre de ces deux domaines faisait sens. Je me suis alors formé plus spécifiquement sur l’administration du champ culturel.

J’ai commencé le métier d’administrateur pour la salle Art’Cade en Ariège. J’ai quitté mon poste en 2009 et j’ai travaillé un an dans une compagnie de rue en Île-de-France. Puis j’ai eu le souhait de revenir dans le sud-ouest et j’ai candidaté au poste d’administrateur qui s’était à l’époque libéré au Rio Grande.

Vous êtes intervenu en témoignage lors de la formation Orientation aux métiers du spectacle vivant organisée par Avant-Mardi. Qu’avez-vous voulu transmettre aux stagiaires que vous avez rencontré ?

Nous avons tous des parcours singuliers et c’est intéressant de le transmettre dans ces témoignages. Je ne me destinais pas à l’administration, j’ai commencé par faire du militantisme associatif et j’ai découvert progressivement ma capacité à faire ce métier. J’ai donc eu envie d’expliquer qu’il n’y a probablement pas de chemin tracé. Il faut parfois accepter de tâtonner, d’expérimenter dans sa vie personnelle et dans ses études. A un moment donné, on fait les bonnes rencontres, des personnes qui nous accompagnent dans notre épanouissement professionnel, qui nous laissent notre chance et qui croient en nous. Je crois que l’étape suivante est d’aider à notre tour les jeunes en les accompagnant dans les formations.

J’ai également expliqué de façon plus concrète la polyvalence de ce métier, sa dimension humaine et la réalité du quotidien. Il ne faut pas trop fantasmer ces métiers… Bien qu’administrateur n’est pas une profession qui fasse tellement rêver (rires) ! Le métier est souvent caricaturé comme étant assez pénible et ennuyant. J’ai voulu transmettre ma propre vision,  qui est relativement large.

Est-ce que cela vous a donné envie de continuer à participer aux actions de formation ?

Oui, j’ai clairement envie de renouveler l’expérience. C’était un très bon moment de partage qui a permis de faire tomber des représentations sur le métier d’administrateur et même de susciter un intérêt, même si je n’ai pas la prétention de vouloir faire naître des vocations. Je me rends compte de la chance que c’est que de pouvoir prendre du temps pour transmettre un savoir et des valeurs. C’est un moment privilégié et intéressant que j’aimerais continuer de vivre, pour également profiter de ce que les autres connaissent, leurs perceptions et leurs vécus. La formation permet des moments d’échanges riches et intéressants.